Sommaire

Fermer Les Communes

Fermer Les Activités

Fermer Aide aux personnes

Fermer Contact

Fermer Les Associations

Fermer Les Excursions

Fermer Les Lacs et Marais

Fermer Les Services

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
8 Abonnés
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Les Communes - Féternes

ALTITUDE 789 m


pplanfeternes.jpg


POPULATION 1303 habitants (Les Féternians). En patois “Lou Fétarnians“.


INFORMATIONS Ce nom viendrait de certaines légendes qui disent que trois fées auraient habité une grotte sur la commune. En réalité, il est vraisemblablement d’origine germanique, “Festeren” signifiant points fortifiés.


Téléphone Mairie : 04 50 73 41 79 Fax Mairie : 04 50 73 49 20 e-mail: mfeterne@feternes.mairies74.org


HISTOIRE Certains vestiges (pierre à cupules, monnaie romaine) laissent supposer que la commune a été habitée dans des temps très anciens. Siège d’une seigneurie au début du Moyen Age dont dépendait la vallée d’Abondance, c’est vers 1200 que la commune a joué son plus grand rôle avec le comte Thomas qui y installait un châtelain pour contrôler tous les territoires situés entre la Dranse et la Morge, rayonnant ainsi sur la petite ville d’Evian.


LE CORBEAU DU BARON DE FETERNES Le dernier baron de Féternes, Charles H de Regard, marquis de Lucinges, vivait avec sa servante Fanchette en son château de Féternes-Vieux. Il possédait un corbeau familier qui parlait patois ! ... Curieux, il adorait écouter les disputes entre Féternians et répétait les injures à Fanchette qui en rougissait de honte. Familier des bois de Vinzier, il descendait parfois à Thonon où il se trouva le 12 août 1824, jour de la visite de nos souverains Charles-Félix et Marie-Christine de Savoie. Effrayé par les pétards qui étaient tirés en leur honneur, il se réfugia dans la tour du noyer à Ripaille et croassait sans cesse « Pan-Pan ». Les voisins crurent en la visite du diable et furent épouvantés. Pendant ce temps, le Baron et sa servante cherchaient désespérément leur corbeau. Un jour, par hasard, Fanchette entendant parler du diable de Ripaille, comprit et vint chercher l’animal. A la fin de sa vie, il fut affublé par ses maîtres de lunettes en bois.


Date de création : 01/09/2004 @ 17:11
Dernière modification : 12/11/2010 @ 15:33
Catégorie : Les Communes


Imprimer l'article Imprimer l'article


SIVOM Pays de Gavot !

Membres

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 3 membres


Connectés :

( personne )
Free Box
Recherche



^ Haut ^